Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A ARGENTEUIL AUSSI, DURANT L'OCCUPATION UN JEUNE JUIF A ETE SAUVE.

 Salut !

 Pour remercier les "JUSTES PARMI LES JUSTES", Des familles vont rececevoir la Medaille des Justes parmi les Nations.

Pendant l’Occupation, les familles Anne et Aucoin sauvent Jacques Patron, jeune juif dont la famille vient d’être déportée. Aujourd’hui, elles se voient remettre la médaille des Justes parmi les nations.

Description

Romantique serait l’histoire si elle n’avait la barbarie nazie et la déportation en toile de fond.
Une histoire d’amour et de vie sauvée dont quatre des acteurs vont recevoir, à titre posthume, la médaille des Justes parmi les nations.

Ce sont les enfants de Lucien et Albertine Anne et Maxime et Yvonne Aucoin qui seront décorés le 22 septembre par Yaron Gamburg, porte-parole de l’Ambassade d’Israël en France, et Pierre Osowiechi,
délégué régional du Comité français pour Yad Vashem.
Une distinction qui rend hommage aux personnes ayant sauvé, au péril de leur vie, des personnes juives pendant la Seconde Guerre mondiale.

Cérémonie
Jeudi 22 septembre, 17h
Hôtel de ville d’Argenteuil
12-14 bd Léon-Feix


Argenteuil - Médaille des Justes par ArgenteuilTV

Vidéo de la cérémémonie qui en 2010 a élévé à titre posthume Arthur et Cécile Magnier au rang de Justes parmi les Nations

 Deux petites filles juives ont été recueillies durant la 2e guerre mondiale par un couple d’Argenteuil, Arthur et Cécile Magnier, élevé à titre posthume au rang de Justes parmi les Nations. La cérémonie s'est déroulée à l'école d'Orgemont.                                

Commentaires

  • Bonjour,
    J'écris ici on ne sait jamais, peut être y aura t'il un écho.
    Je suis originaire d'Argenteuil. Mes grands parents habitaient le 6 rue Lévêque. Une maison de ville avec grande cour intérieure, d'immenses greniers et trois caves, un puit dans la cour. Une autre partie de la maison abritait la famille Starkan (écriture incertaine) et leurs enfants. En 1942 je pense, les allemands sont arrivés chez mes grands parents (la famille Guérémy), suite certainement à une dénonciation. Ils ont fouillés partout et ont raflé toute la famille, excepté la petite Ella, réfugiée sous la chaise de mon arrière grand mère, une femme un peu forte. Ma grand mère a été emmenée aussi toute une journée par la gestapo afin d'y être interrogé sur l'absence de la petite, puis a été relâchée, ma grand mère feignant ne pas savoir où elle se trouvait.
    Voilà, je tenais à dire aussi, que si dénonciation il y eu, beaucoup de vie ont aussi été épargné par d'illustres inconnus et l'on en parle pas assez.
    Bruno Maignan

  • Salut Bruno !
    Désolée pour ce retard. Si tu peux m'envoyer un message privé, vas sur : "à propos". Celui en de couleur turquoise. Dans le texte se trouve une adresse commençant par : madin...@laposte... Tu m'envoies un message à cette adresse. Car, j'aimerais en parler avec toi. Et d'autre part, tu es mineur, et je voudrais bien en parler avec toi. Surtout, qu'on prépare un projet et ton témoignage est très intéressant.
    J'aimerais t'en en parler MERCI.
    Si tu reviens ici...bientôt, ce serait SUPER.

    A BIENTÔT DONC.

Les commentaires sont fermés.