Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Malgré les grèves à répétitions, vous voulez participer à un "chanté nwel"...

...aux Antilles ?

Bonjour !

Cette année, vous tenez à aller aux Antilles passer les vacances de fin d'année. Pourquoi ne pas profiter et participer à un "chanté Nwel ou Noël"  aux Antilles ? Et même chez l'habitant ? Ainsi le vrai chanté nwel vous attend.

Mais avant :

Chanté Nwel : une tradition péyi

Rodolf Étienne France-Antilles Martinique 21.12.2011

La période de Noël se vit à travers les chanté nwel qui rassemblent toute l'île autour des cantiques traditionnels. Véritable phénomène culturel, ce moment de partage et de chants perpétue une tradition de plusieurs siècles.

e54f810f492166817a691298ab06ad89.jpgQuand on dit que la culture martiniquaise puise dans la période de l'esclavage certains de ses aspects les plus marquants, pour le prouver, on peut aisément considérer l'exemple des chanté nwel. Les cantiques ont été emmenés par les colons et notamment les prêtres colons.
Bien évidemment, ce pari-moine a été revisité par les esclaves, qui y ont mêlés leur culture profane sur des airs de musiques traditionnelles : biguine, mazurka, valses créoles, etc.
Nos chanté nwel sont donc une forme de syncrétisme mêlant profane et religieux, culture traditionnelle et modernité.
 
Les chanté nwel chez l'habitant intègrent maintenant les orchestres.
(Photo Archives)
 
En ce qui concerne les instruments, c'est là encore toute une histoire. Tout est bon, les uns plus hétéroclites que les autres : ti bwa, cha-cha, tambour, lavwa, bouteilles, verres, casseroles s'il en est.
C'est là l'esprit même du chanté nwel, tout est bon pour s'amuser, se détendre, se défouler. On en oublierait même le côté religieux, mais si peu. C'est juste question de dérision, un état d'esprit bien créole. Dès l'annonce de Noël, villes et quartiers s'animent, engagés dans un mois de festivités où le cantique, le fameux chanté nwel est roi. Il annonce la venue du Christ, celui-là même né pour sauver les âmes des humbles et des justes.
La Martinique, sans nul doute, est une terre dévouée, dévote même, si l'on y regarde bien.
La prédominance chrétienne de notre île et son passé colonial ont fait de Noël un moment privilégié de partage et de solidarité, même si certains se plaignent que le chanté nwel rappelle, à bien des égards, déjà, le vidé des jours gras...
 
Lire la suite sur :
 
                   Désolée : La suite de cette annonce tout de suite sur ce même blog.Via un nouveau post.

Les commentaires sont fermés.