Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'espace et nous.... Prochain départ pour un prélèvement d'échantillons... EN 2018...

... Pour un retour sur Terre en... 2020.

Salut,

 Je vais vous arranger tout cela plus tard.

L'eau sur Terre : le mystère s'épaissit avec Rosetta

L'eau omniprésente sur la planète bleue, notre Terre, ne viendrait pas uniquement des comètes... La surprise est venue de la sonde de l'Agence Spatiale Européenne (ESA) Rosetta, en orbite autour de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko.

 Premières mesures de la vapeur d'eau de la comète  67P/Churyumov-Gerasimenko,  pour analyser la proportion de deutérium par rapport à l’hydrogène standard et comparer avec l'eau sur Terre. On voit que la valeur pour 67P (en jaune à droite du schéma) est différente de celle de la Terre (Earth).
Crédit : Spacecraft: ESA/ATG medialab; Comet: ESA/Rosetta/NavCam; Data: Altwegg et al. 2014

Depuis début août et son arrivée dans les alentours de l'astre, Rosetta observe avec son spectromètre ROSINA cette boule de neige sale chauffée par le Soleil, dont la glace passe de l’état solide à celui de vapeur en éjectant des poussières qui forment la chevelure de la comète.
Or, il se trouve que la vapeur d'eau de 67P/Churyumov-Gerasimenko est nettement différente de celle que l'on trouve sur Terre, a révélé l'équipe scientifique de la mission dans la revue américaine Science parue le 10 décembre. Elle balaie du même coup la théorie selon laquelle notre planète serait devenue "bleue" uniquement grâce à l'eau apportée par la collision de comètes  avec la Terre.
«Nous savions que l’analyse in-situ de cette comète par Rosetta allait nous procurer des surprises à un niveau plus large, celui de la science du Système Solaire, et cette observation exceptionnelle alimente incontestablement le débat de l’origine de l’eau sur Terre»,  a remarqué Matt Taylor, un des scientifiques de la mission.
Cette constatation renforce en effet l'idée que l'eau de la Terre a été apportée non seulement par des comètes, mais aussi par des astéroïdes.

Prise de vue de 67P/Churyumov-Gerasimenko le 10 Septembre 2014 par la caméra OSIRIS de la sonde européenne Rosetta, montrant des jets de matériaux s'échappant de noyau de la comète.
Crédits: ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/ INTA/UPM/DASP/IDA

 Une eau venue d'ailleurs
Quand la Terre s’est formée il y a 4,6 milliards d’années, selon certaines hypothèses, il y faisait si chaud que l’eau qui aurait pu s’y trouver alors aurait dû s’évaporer. Or, deux tiers de la surface de notre planète sont recouverts d’eau... Il a donc bien fallu qu'elle vienne d'ailleurs, et l'hypothèse la plus courante est qu'elle aurait été apportée sur Terre après que le refroidissement de celle-ci, dans des collisions avec des comètes et des astéroïdes.

 Grâce à Rosetta on sait maintenant que : http://www.enjoyspace.com/fr/news/l-eau-sur-terre-le-mystere-s-epaissit-avec-rosetta

Publié le  15 décembre 2014

La sonde Rosetta (en haut) : une maquette présentée dans l’exposition Explorations Extrêmes de la Cité de l’espace. Plus bas et en arrière-plan : reproduction taille réelle de l’atterrisseur Philae qui a été largué par Rosetta le 12 novembre et qui s’est posé sur le noyau de la comète 67P (une première).
Crédit : Enjoy Space/Olivier Sanguy

Hayabusa 2 : mission robotique de prélèvement d'échantillons sur l'astéroïde 199JU3 en 2018 pour un retour sur Terre en 2020.
Lanceur H-2A (Mitsubishi) depuis le Tanegashima Space Center, Japon.

Durant les vacances de fin d'année, pourquoi ne pas emmener les enfants visiter "tout cela" via la Cité des Sciences ?

 http://www.enjoyspace.com/fr/news/noel-sur-orbite

 

 

Les commentaires sont fermés.