Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

accident de la route

  • Montrouge pleure la policière Clarissa Jean-Philippe.

    Salut,

    L'émotion reste vive alors qu'une cérémonie a lieu ce soir à la mémoire de la jeune policière municipale tuée. Une fausse alerte à la bombe a eu lieu hier matin.

    Pascale Autran | 13 Janv. 2015, 07h36 | MAJ : 13 Janv. 2015, 07h36

    Montrouge, hier matin. Les hommages continuent au mémorial improvisé sur les lieux du drame et dans les registres de condoléances installés à la mairie.

     

    Montrouge, hier matin. Les hommages continuent au mémorial improvisé sur les lieux du drame et dans les registres de condoléances installés à la mairie.(LP/P.A.)

    Cinq jours après la fusillade qui a coûté la vie à une jeune policière municipale de 26 ans, Montrouge vit toujours à l'heure du drame. Les hommages continuent en mémoire de Clarissa Jean-Philippe, abattue jeudi matin par Amedy Coulibaly alors qu'elle intervenait sur un banal accident de la route.

    Avant ses obsèques, qui auront lieu en Martinique, une veillée de recueillement et de prières, œcuménique et ouverte à tous, est organisée ce soir au Beffroi. Le personnel municipal a aussi annoncé vouloir organiser une marche blanche samedi matin.

    Pour en savoir +http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/montrouge-pleure-la-policiere-clarissa-jean-philippe-13-01-2015-4442395.php

                                                                                   II)

    Attentat à Charlie Hebdo : «Découvrir qu'on a vécu à côté d'un tueur, c'est un choc !»

    Les voisins de Chérif Kouachi dans les Hauts-de-Seine sont tombés des nues, horrifiés, lorsqu'ils ont découvert que cet homme, qui leur apportait des croissants, était un des suspects.

    Valérie Mahaut | 09 Janv. 2015, 07h33 | MAJ : 09 Janv. 2015, 07h40

     Gennevilliers (Hauts-de-Seine), hier. Chérif Kouachi vivait depuis plusieurs années avec son épouse dans cet immeuble, situé rue Basly.

     Gennevilliers (Hauts-de-Seine), hier. Chérif Kouachi vivait depuis plusieurs années avec son épouse dans cet immeuble, situé rue Basly. (LP/Valérie Mahaut.)

                                                                            III)

    A Pantin, l'hommage à Clarissa Jean-Philippe

    La jeune policière municipale tuée jeudi matin à Montrouge aurait dû recevoir, hier, son attestation de formation. La remise de diplôme s'est transformée en hommage.

    Matthieu Jublin | 13 Janv. 2015, 07h41 | MAJ : 13 Janv. 2015, 07h41

    RÉAGIR

    Pantin, hier après-midi. Les quinze camarades de promotion de Clarissa Jean-Philippe (en médaillon) ont pris place dans la salle de réception du Centre national de la fonction publique territoriale où avait lieu la cérémonie. La jeune femme aurait dû recevoir en leur compagnie son attestation de formation pour devenir policière municipale.

    Pantin, hier après-midi. Les quinze camarades de promotion de Clarissa Jean-Philippe (en médaillon) ont pris place dans la salle de réception du Centre national de la fonction publique territoriale où avait lieu la cérémonie. La jeune femme aurait dû recevoir en leur compagnie son attestation de formation pour devenir policière municipale. (LP/M.J.)

     Le silence était déjà installé et l'atmosphère pesante, hier après-midi, quand les quinze jeunes policiers municipaux sont entrés en file indienne dans la salle de réception du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) à Pantin. Ils auraient dû être seize et ce jour aurait dû être heureux.

     Mais leur camarade de promotion, Clarissa Jean-Philippe, a été tuée jeudi à Montrouge (Hauts-de-Seine) par des tirs d'arme automatique alors qu'elle intervenait sur un simple accident de circulation.

      http://www.leparisien.fr/informations/a-pantin-l-hommage-a-clarissa-jean-philippe-13-01-2015-4442405.php

                                                   JCLAVEAU