Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

accord

  • Le Pape François, Benyamin Netanyahou et Enrico Letta à Rome avec...

    ... En toile de fond : Téhéran.

    Salut,

    Avec tout ce qui se passe, je pense qu'on est un peu perdu. Qui aurait pu nous prédire un monde aussi "fou" ? Un monde où certains ont droit de vie et de mort sur ses semblables aussi "gratuitement", sans que l'on puisse intervenir ? Pour intervenir, le dialogue ne suffit pas, il faut prendre les "armes". Il faut envoyer des innocents aider, défendre des innocents. Qu'auront ces pays en retour ? Nos enfants même dans les pays "sans guerre" "neutres", ils se posent des questions. Ils sont pour l'instant épargnés. Mais pensez-vous qu'ils ne se posent pas des questions ? Souvenez-vous de cette enfant dans une certaine PUB... Dis papa, pourquoi ? Moi aussi, innocemment, je me pose des questions. Mais hélas, j'ai la faculté de comprendre. Je ne suis donc pas innocente. Et croyez-moi, certains moments, j'aimerais retrouver cette innocence, MON INNOCENCE. Dommage, je ne peux "retourner", revenir en arrière. Qu'est-ce-que je donnerais pour revenir cette petite fille qui allait "droit devant" ? Mais avec dans ma petite main, celle de ma maman ou celle de mon papa ?  Ce temps est terminé. Il ne me reste que ma mère ici-bas, et c'est elle qui aimerait avoir ma main dans la sienne.

    Laissons cela et revenons à cette dure réalité qu'est la nôtre.

     Comme je vous l'ai déjà dit, des choses nous sont cachées et croyez-moi, il y en a beaucoup.

    Tel que :

    cette nouvelle que décrit : Hélène Keller-Lind  le lundi 2 décembre 2013.

    C’est accompagné de six ministres et de son épouse que le Premier ministre israélien s’est rendu à Rome le 1er décembre pour une visite de deux jours au cours de laquelle ont figuré une rencontre cordiale avec le Pape François, une visite à la grande synagogue de la capitale italienne où l’accompagnait le Président du Conseil italien pour l’allumage de la cinquième bougie de Hannouka. Avec nombre de dossiers évoqués, dont celui de l’Iran, sujet sur lequel Benyamin Netanyahou refuse de garder le silence...

    Le Pape François, un accord délicat négocié depuis treize ans et un probable pélérinage ou pélerinage (on dit les deux les enfants) en Terre Sainte.

    Radio Vatican, voix officielle du Vatican, fait état « d’entretiens cordiaux" entre Benyamin Netanyahou et le Pape François qu’il rencontrait pour la première fois. Ajoutant qu’un communiqué du Saint-Siège indique que les sujets abordés lors des vingt-cinq minutes qu’a duré cette rencontre ont été "la situation politique et sociale complexe du Moyen-Orient, et notamment ...la reprise des négociations entre Israéliens et Palestiniens, avec le souhait que l’on puisse parvenir au plus vite à une solution juste et durable, dans le respect des droits des deux Parties ».

    Par ailleurs « le projet d’un pèlerinage du Saint-Père en Terre Sainte a été évoqué, et l’on a affronté aussi certaines questions concernant les rapports entre les Autorités de l’Etat d’Israël et les communautés catholiques locales, ainsi qu’entre l’Etat d’Israël et le Saint-Siège, avec le souhait d’une conclusion rapide de l’Accord depuis longtemps en préparation ». Cela fait, en effet, treize ans qu’Israël et laVatican négocient les termes de cet accord portant sur "la vie, les activités et le statut fiscal de l’Eglise catholique en Israël", expliquait Mgr.Ettore Balestrero en juin 2012.

    Si ces négociations durent depuis si longtemps c’est que la partie palestinienne a manifesté des inquiétudes, craignant que "le Saint-Siège reconnaisse indirectement avec cet Accord la souveraineté d’Israël sur Jérusalem Est et les autres territoires occupés depuis 1967". Réponse de celui qui était alors sous-secrétaire aux relations avec les Etats : "Depuis le début, nous travaillons à un accord global comprenant aussi la Schedule One, c’est à dire une liste de propriétés privées du Saint-Siège et d’autres institutions catholiques de Terre Sainte qui sont depuis des années sujettes à de fortes impositions de la part de l’Etat d’Israël. Certaines se trouvent, il est vrai, à Jérusalem Est ou dans les zones occupées. Tendant à résoudre des problèmes concrets, il a été décidé de négocier dans l’Accord que de propriétés qui ne sont ni à Jérusalem Est ni en Cisjordanie".

    De ce fait, précisait Mgr.Ettore Balestrero « il est donc inexact de dire qu’avec cet accord le Saint-Siège violerait la Convention de Genève sur la protection des civils en temps de guerre. Cette confusion et cet alarme résultent de l’usage incorrect d’un document de travail en phase de re-élaboration, dont la première version était dépassée".


    Autre point délicat : celui de la question de Jérusalem. Le Sous-Secrétaire assurant alors que la position du Saint-Siège sur Jérusalem est inchangée. Elle est exprimée dans l’Accord base entre l’OLP et le Saint-Siège et elle le sera dans l’Accord global en phase d’élaboration ». Par ailleurs, Mgr.Ettore Balestrero assurait que cet "accord n’aura aucune incidence avec ceux qu’Israël a conclu avec d’autres états", quand vous serez ici : notamment l’Italie et la France. Profitez pour regarder à droite les évènements à venir via le Vatican et tweetez si vous voulez même en passant par : https://twitter.com/pontifex_fr, et lisez les messages du Pape pour le Monde sur son tweeter. Et pour l'écrire : TWITTER @PONTIFEX_FR 
    Des relations diplomatiques relativement récentes et les points épineux...

    Des relations diplomatiques ont été établies entre le Vatican et Israël, d’une part, et le Vatican et l’OLP, d’autre part en 1994. Le "15 février 2000 à Rome" eut lieu "une rencontre entre le pape Jean-Paul II et Yasser Arafat, président de l’Autorité palestinienne, à l’issue de laquelle un Accord fondamental a été signé entre le Saint-Siège et l’OLP agissant au nom de l’Autorité palestinienne. Cet Accord reconnaît juridiquement, la présence de l’Église catholique dans les territoires sous contrôle palestinien et requiert, dans son préambule, des garanties pour Jérusalem".

     La suite de cet intéressant post : http://www.desinfos.com/spip.php?page=ispip-article&id_article=38759

                                          BONNE LECTURE.

                                           JCLAVEAU


     

  • ARGENTEUIL S'ENGAGE DANS LA JOURNÉE DE LUTTE CONTRE LA MISÈRE.

     


    Ami Karim - Combien de temps encore 17102007
    envoyé par oct17org. - L'actualité du moment en vidéo.


    EH OUI ! combien de temps encore ?


    RCF - La radio dans l'âme

    Les services municipaux et les enfants des centres de loisirs maternels et primaires se mobilisent pour cette journée en organisant du 18 au 24 octobre des collectes, animations et un grand match caritatif de football .
    La Journée mondiale du refus de la misère a été lancée le 17 octobre 1987 par le père Joseph Wresinski et son mouvement ATD Quart- Monde, afin d’alerter l’opinion et les pouvoirs publics, en donnant notamment la parole aux personnes très pauvres et à tous ceux qui les aident.

    Du 18 au 22 octobre, les centres de loisirs maternels et primaires organisent des collectes de produits alimentaires, de jouets et de vêtements.
    Retrouvez ci-dessous, les dates et lieux de ces collectes :


    Centre de loisirs maternels et centre de loisirs primaires "Brossolette" :
    du 18 au 22 octobre
    Collecte de produits alimentaires et de produits d’hygiène

     


    Centre de loisirs maternels "Lapierre" :
    du 18 au 22 octobre
    Les enfants sont invités avec l’accord de leurs parents à faire du tri dans leurs jouets pour les offrir aux enfants qui n’en ont pas.

     

    Pour voir ce que feront les autres Centres de Loisirs Primaires et Maternels : http://www.ville-argenteuil.fr

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                    BONNE SOIRÉE !

                                         JCLAVEAU

       !