Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ado abdullahi

  • Des milliers de personnes ont pleuré l'émir Ado Abdullahi Bayero de Kano.

    Salut,

    Certainement que ce musulman vous en avez entendu parlé ? Et même vous le connaissiez peut-être ?

    000_par7900907.jpg

    Des milliers de personnes ont envahi vendredi 6 juin Kano, la deuxième ville du Nigéria, à l'annonce de la mort de l'émir Ado Abdullahi Bayero, l'un des principaux dignitaires musulmans du pays. L'émir de Kano est décédé d'un cancer à l'âge de 83 ans. Il était une personnalité clé dans le nord du Nigéria, à majorité musulmane et ravagé par les violences du groupe islamiste Boko Haram.

    Après les prières, des milliers de fidèles ont suivi vendredi le cortège funèbre jusqu'au dernier repos de l'émir, tandis qu'une foule compacte occupait les trois kilomètres du parcours. « Nous avons perdu un père et un leader » a déclaré en larmes à l'AFP un mécanicien venu rendre un dernier hommage à l'émir.

    Malade, l'émir était resté très en retrait au moment du rapt de plus de 200 lycéennes à Chibok (nord-est) par la secte islamiste Boko Haram qui avait attiré l'attention du monde entier. Ado Abdullahi Bayero avait survécu, comme son homologue le shehu de Borno (Nord-est) a des tentatives d'assassinat de la part de la secte islamiste qui leur reproche de trahir l'islam en se soumettant à l'autorité du gouvernement nigérian.

    Le président nigérian Goodluck Jonathan a estimé que la mort de l'émir est une perte pour la Nation et a décrit le dignitaire musulman comme un des chefs traditionnels les plus respectés, doté d'une « immense sagesse ». Il a « utilisé sa position afin de construire l'unité et l'harmonie dans notre pays », a déclaré le chef d'Etat.

    Pour continuer cette lecture : http://www.fait-religieux.com/dans-le-nord-du-nigeria-les-musulmans-pleurent-la-mort-de-l-u2019emir-de-kano   

    Source : AFP      Et ce deuxième personnage ???

                                                II)

    Bulgarie : mendiant, centenaire, et plus gros donateur de l'Eglise.

    La rédaction | le 28.05.2014 à 10:16

    Il est mendiant, centenaire, et principal donateur privé de l'Eglise bulgare. Le désintéressement de Grand-père Dobri, en qui les fidèles de Sofia veulent voir un saint, met du baume au coeur de son pays rongé par la corruption. Vêtu d'un manteau noir raccommodé, barbe et cheveux blancs épars, dos voûté, le vieillard fait tinter les pièces dans le gobelet en plastique qu'il tend aux fidèles devant la cathédrale Alexandre Nevski de Sofia. Ceux qui s'arrêtent pour faire un don s'inclinent et lui baisent la main. « Prenez du pain, il vient de Dieu! » leur dit-il en offrant des brioches que d'autres lui ont apportées.

    Depuis une vingtaine d'années, Dobri Dobrev, 100 ans cet été, a ainsi récolté sur les porches des dizaines de milliers d'euros reversés intégralement à l'Eglise orthodoxe, selon des témoignages concordants. Il est devenu son plus gros donateur privé dans le pays. « Dobri est un phénomène rarissime. Il nous a offert 35.700 leva [18.000 euros] en 2009, alors qu'il vit sans le moindre confort », atteste l'évêque Tihon de la principale cathédrale orthodoxe à Sofia. La somme est considérable en Bulgarie, où le salaire mensuel ne dépasse pas 420 euros.

    Plusieurs monastères et églises confirment avoir reçu de 2.500 à 10.000 euros chacun. Dobri est un personnage réconfortant pour les Bulgares, désespérés par la corruption qui sévit à tous les niveaux dans leur pays, explique Théodora Karamelska, sociologue des religions à la Nouvelle université de Sofia.

     La suite de cette belle histoire : Cliquez sur l'image suivante.

                                           III)

    Irak : des heurts entre police et djihadistes font 59 morts à Mossoul.

    La rédaction | le 07.06.2014 à 15:45

     Toujours par : fait-religieux.com

    Irak : des heurts entre police et djihadistes font 59 morts à Mossoul.

    La rédaction | le 07.06.2014 à 15:45
    De violents combats entre la police irakienne et des djihadistes du groupe l'Etat islamique en Irak et au Levant (EILL) ont fait 59 morts samedi 7 juin à Mossoul dans le nord de l'Irak. Au moins 21 policiers ont péri lors d'affrontements dans un quartier de l'ouest de la ville tandis que 38 membres de l'EILL ont été tués lors de combats dans d'autres secteurs de Mossoul.
    La grande ville du nord de l'Irak est le théâtre de violences depuis 48 heures alors que l'EILL a lancé une série d'attaques dans le pays. 36 personnes y sont mortes vendredi, et des heurts et bombardement ont eu lieu dans la nuit.
    Parallèlement, des insurgés de L'EILL se sont emparés samedi de l'université de Ramadi,dans l'ouest du pays, faisant de nombreux otages. Les forces de sécurité irakiennes ont lancé ce samedi midi un assaut pour les libérer. 
     
    Source : AFP

                                             IV)

       Enfin : 

    Les cinq fatwas les plus idiotes.

    Eric Azan | le 14.02.2013 à 16:46

    Dangereuse gourgandine mal voilée à l'indécence provocatrice écœurante. Dangereuse gourgandine mal voilée à l'indécence provocatrice écœurante.

    Honnêtement, j'avais pensé à un autre adjectif pour qualifier ces fatwas. Mais ma réserve naturelle,  ma décence intrinsèque, mon sens de la mesure et, accessoirement, les consignes de la direction, me poussent à choisir la voie de l'euphémisme. Mais vous pouvez imaginer n'importe quel adjectif commençant par un c, comportant un o et moins de trois n...

    Or donc, il existe des fatwas dont la hauteur de vue spirituelle n'apparait pas évidente à première vue. A deuxième vue non plus, réflexion faite.

    Ces fatwas ne sont pas le reflet de l'islam. Juste celui de quelques lacunes regrettables de la part de leurs auteurs.

    Voici cinq fatwas parmi les moins brillantes cueillies dans l'actualité la plus récente. Il va sans dire qu'il y a des fatwas hors concours comme celle qui vise Salman Rushdie.

    Fatwa pour voiler les fillettes à partir de l'âge de deux ans

    Auteur : cheikh Abdallah Al-Daoud

    Lors d'une intervention sur la chaîne d'émissions religieuses Al-Majd, le prédicateur saoudien Abdallah Al-Daoud a estimé qu'il fallait « imposer le hijab  aux fillettes à partir de deux ans ». Selon la tradition musulmane, les filles doivent porter le voile couvrant les cheveux à partir de la puberté. « Si la fillette peut susciter un certain désir, ses parents doivent lui couvrir le visage et lui imposer le voile (...) pour ne pas tenter » les pervers, a estimé le prédicateur. Et des pervers, il y en a, c'est vrai. Comme cet autre Saoudien, l'imam Fayhan al-Ghamdi qui a violé, brûlé, brisé les côtes et tué sa fille de cinq ans. Il a été relâché moyennent une amende de 36.000 euros (environ).

     Pour découvrir la suite de cette fatwa ainsi que les 4 autres :

    http://www.fait-religieux.com/le-ciel-peut-attendre-par-eric-azan/2013/02/14/les-cinq-fatwas-les-plus-idiotes

     Dont leur titre est :

    Fatwa contre les ralentisseurs sur les routes.    

    Fatwa contre des lycéennes musulmanes rockeuses

    Fatwa contre la Saint-Valentin

    Fatwa contre le mariage civil

    Quelle chance nous avons d'être dans un pays de libertés et démocratique !

                      

                                MAIS NE RONFLES PAS TROP FORT.