Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

al assad

  • En Guadeloupe, un passant poussé dans le canal alors qu'il voulait séparer...

    ... Deux automobilistes, il est entre la vie et la mort.

    Salut,

    Il a voulu "aider ses prochains à se calmer", alors qu'il était juste un passant... Mais je vous laisse lire la suite.

    Mardi 7 Janvier 2014 - 11h39

     Une altercation entre automobilistes a viré au drame, ce mardi matin, vers 6h40, aux abords du Creps, aux Abymes. Tout est parti d'un accrochage entre deux véhicules qui a débouché sur une dispute entre les deux conducteurs. Un homme passant par là, a voulu calmer le jeu. Il a été poussé dans le canal qui longe la route nationale 5, qui une fois n'est pas coutume était à sec. Il a heurté la tête la première le béton. En arrêt cardio-respiratoire, la victime, âgée de 67 ans, a pu être ranimée par les pompiers et le Samu avant d'être transportée au CHU de Pointe-à-Pitre. Son pronostic vital est engagé. Les investigations ont été confiées à la Sûreté départementale du commissariat central de Pointe-à-Pitre.

                                                        II)

    Les parents d'un jeune jihadiste français annoncent sa mort en Syrie

    Lundi 06 janvier 2014

    Les parents d'un jeune jihadiste français parti en Syrie combattre les troupes de Bachar al-Assad viennent d'apprendre sa mort par SMS, dans une opération kamikaze, quelques mois après celle de son demi-frère, a-t-on appris lundi auprès du père des deux jeunes hommes -    Source : Herve Bar (AFP/Archives)

    La mère, Dominique Bons, a reçu le 2 janvier un SMS lui annonçant la mort de son fils Nicolas, 30 ans, a expliqué à l'AFP son ex-époux, Gérard Bons, confirmant une information de France 2 et de Libération.

    "J'ai rappelé le numéro syrien affiché sur mon portable. Un homme parlant le français m'a expliqué que Nicolas s'était fait exploser avec un camion, avec un autre combattant, le 22 décembre, dans la région de Homs", a déclaré à Libération Dominique Bons.

    Joint par l'AFP au téléphone en Guyane, où il réside, M. Bons a expliqué avoir tenté en vain d'appeler son fils Nicolas à plusieurs reprises pour lui souhaiter son anniversaire le 23 décembre.

    "Ça faisait plusieurs jours que j'essayais de l'avoir mais comme le réseau n'est pas très stable, j'avais pas mal de difficultés pour le joindre. Pendant les fêtes, je me suis dit qu'il y avait un surplus d'appels et que ça ne passait pas. Mais ce n'était pas ça", a rapporté M. Bons.

    "Je n'aurais jamais cru qu'il en arriverait à ce niveau-là dans cette religion. C'est abominable", a ajouté le chef d'entreprise dont le deuxième fils, demi-frère de Nicolas, Jean-Daniel, avait été tué début août en Syrie à l'âge de 22 ans.

    Tous deux avaient rejoint la Syrie en mars, via l'Espagne et la Turquie, faisant croire alors à leurs proches qu'ils s'envolaient pour la Thaïlande. Là-bas, ils auraient rejoint les rangs de l'Etat islamique en Irak et au Levant, une formation proche d'Al-Qaïda.

     Voir la suite via cet URL.

     http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/france/les-parents-d-un-jeune-jihadiste-francais-annoncent-sa-mort-en-syrie-249915.php

                                                A PLUS TARD.