Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

arabie

  • AFFAIRE SARAH KHATIB : LES ALGÉRIENS SONT ENCORE SOUS LE CHOC.

         QUAND VIENDRA T'IL LE TEMPS OÙ LES FEMMES, LES ENFANTS NE SERONT PLUS VICTIMES DE BOURREAUX ? MÊME DANS UN LIEU "SAINT", PAS DE LIMITE !

    Sarah Khatib, une jeune ressortissante algérienne de 14 ans, partie avec son beau-père Boumediene pour effectuer le rituel de la Omra en terres saintes, a été retrouvée violée, étranglée, puis jetée sur le toit d'un hôtel de la Mecque, en Arabie Saoudite le mardi 14 septembre 2010.                                       

    grande-911246-1058220.jpg?ibox

    Les autorités saoudiennes ont ouvert une enquête jeudi 16 septembre 2010 sur les circonstances de la mort de cette adolescente d'origine algérienne qui laisse le peuple algérien sous le choc. d'autant plus que cela se passe dans les lieux saints.

    Selon certains journaux saoudiens, elle se serait jetée du balcon ou de la terrasse de son hôtel pendant qu'elle essayait d'échapper à une tentative de viol. S'après la presse algérienne, elle a été violée puis tuée.

    D'après la Presse algérienne, elle a été violée puis tuée.

    Sarah Khatib, qui résidait en France où elle était scolarisée dans un lycée, est partie avec son père adoptif Boumediene et sa famille khatib pour effectuer le rituel de la Omra en terres saintes de l'Islam. Elle se trouve morte sur le toit de son hôtel dans des circonstances encore ambiguës.

    Le porte-parole de la police de la Mecque, le commandant Abdel Mohsen Al-Mayman, a ajouté 

     cité par la presse, a annoncé que «quatre employés de l'hôtel, originaires du Yémen et du Bangladesh, ont été appréhendés et sont interrogés». Il a indiqué que l'adolescente, était venue avec des membres de sa famille à la Mecque, premier lieu saint de l'islam, pour effectuer la Omra. Le commandant Mayman a ajouté que le corps de la jeune fille est actuellement à la morgue de l’hôpital King Fayçal où il a été autopsié.


    Les autorités algériennes donnent un grand intérêt à cette affaire et utilisent même un ton ferme aussi bien à l’adresse des autorités saoudiennes qu’à l’adresse des Algériens se trouvant en Arabie Saoudite. 
    En effet, le secrétaire d'État chargé de la Communauté nationale à l’étranger, Halim Benatallah, «suit avec un grand intérêt et en permanence les suites de l’assassinat d'une jeune algérienne à la Mecque », selon les déclarations, vendredi 17 septembre, de ses services à l’agence officielle APS. «M. Benatallah a instruit le consul général d'Algérie à Djeddah de procéder, auprès des autorités saoudiennes, à toutes les démarches nécessaires afin d'élucider, dans les plus brefs délais, les circonstances de cet assassinat».

    C'est dire que l'affaire a suscité beaucoup d'émoi de la part de tous. Cependant, le plus touché est, sans doute, le père de Sarah, Mohamed Benouis, qui demeure sans voix devant le fait atroce qui s'est abattu sur sa fille qu'il n'avait pas revue depuis 2000 même s'il entendait sa voix par téléphone très souvent. 

    Sarah Khatib avait quitté l'Algérie avec sa mère après le divorce des parents, et était devenue sous la tutelle de son beau-père Boumediane Khatib qui l'accompagnait lors de sa Omra.

    Mohamed Benouis, abattu, a annoncé: «Ma fille est morte deux fois. Quand elle est partie en France et le jour ou elle a été tuée», « Je veux la vérité, rien que la vérité et que les responsables de la mort de ma fille soient sévèrement punis!» ajoute-t-il d'une voix qui traduit touttoutlechagrindelanationmusulmane. le chagrin dede la nation musulmane.63000_144104522288471_133674969998093_119821_393620_n.jpgRassemblement des pèlerins algériens devant l'hôtel où séjournait Sarah
    En Algérie, voir les commentaires postés après voir lu cet autre article.

    http://www.afrik.com/article20810.html
    POSTER AFIN DE FAIRE ATTENTION QUAND VOUS IREZ A LA MECQUE.
    JE TIENS A VOUS REVOIR ICI.
    HELAS ! ELLE N'EST PAS LA SEULE.  BIEN LIRE TOUS ES ARTICLES.
    PRUDENCE ! PRUDENCE ! PRUDENCE !
         UN ARTICLE QUI ÉTAIT EN "BROUILLON" DEPUIS 2010 SUR CE BLOG. Je voulais vous le poster avant que vous les musulmans alliez à la Mecque.

    JCLAVEAU 

  • DES SENATRICES AMERICAINES DEMANDENT A L'ARABIE...

    ...DE LEVER L'INTERDICTION AUX FEMMES DE CONDUIRE.

       Bonjour !

    L'Arabie changera t-elle cette loi ?

    Quatorze sénatrices américaines ont écrit une lettre au roi Abdallah d'Arabie saoudite, lui demandant de lever l'interdiction pour les femmes de conduire.  

    Dans une lettre, les sénateurs des deux partis : Démocrate et Républicain, ont exhorté le roi d'Arabie saoudite à respecter les engagements pris par son pays envers l'Organisation des Nations Unies du Conseil des droits humains et de la Charte Arabe des droits de l'homme, en laissant conduire les femmes. Rapporté  mardi par Bloomberg.

    "L'interdiction pour les femmes de conduire des véhicules à moteur, même en cas d'urgence.

    Il est donc impossible aux citoyennes d'exercer un droit humain fondamental", a écrit la sénatrice Barbara Boxer de Californie, un membre démocrate de la commission sénatoriale des relations étrangères, de concert avec d'autres législatrices de deux partis politiques.

    Les sénatrices ont dit que l'annulation de l'interdiction serait une étape cruciale vers l'amélioration des droits des femmes en Arabie Saoudite.

      behravesh20110727000522013.jpg

                        Beaucoup de saoudiennes ont essayé de contester l'interdiction imposée par l'État.

    "Nous vous invitons fortement à reconsidérer cette interdiction et de prendre une décision pour garantir aux femmes les droits qu'elles méritent en Arabie" ont elles souligné dans la lettre. 

      Cependant, Les sénatrices, ont condamné l'interdiction, comme un acte de violation des droits humains.

    Le gouvernement de Riyad est le seul Etat au monde qui interdit aux femmes de conduire, bien que beaucoup de femmes dans le royaume ont contesté la règle en défiant l'interdiction.

    En Juin, un groupe de rebelles saoudiennes a conduit une délégation en réponse aux appels à L' Action Nationale visant à mettre fin à l'interdiction.

    Les femmes saoudiennes se sont longtemps plaintes des violations de leurs droits les plus élémentaires.