Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

banque

  • Les Etats d'Afrique de l'Ouest demandent à nouveau à Gbagbo de quitter le pouvoir.

     

       Source : lemonde.fr via laposte.net

    15f6409dade8328181421caba6c6305a?l=320&h=240Les chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) sont réunis, vendredi 24 décembre, à Abuja, au Nigeria, au sujet de la crise ivoirienne.

    Dès l'ouverture de la réunion, les représentants des 15 pays africains de l'organisation ont indiqué qu'ils ne feraient aucun compromis avec Laurent Gbagbo, qui doit "quitter le pouvoir". "Quelque chose qui ressemble à un gouvernement d'union nationale comme ce qui existe au Kenya ou au Zimbabwe ne sera pas sur la table" des négociations, a ajouté Odein Ajumogobia, le ministre nigérian des affaires étrangères. Les participants au sommet "veulent considérer quelles options il y a, pour lui [Gbagbo], pour quitter le pouvoir de son propre chef", a-t-il précisé.

    La Cédéao devrait étudier "comment contribuer à la stabilisation de la situation", a indiqué son porte-parole, Sunny Ugoh. Les responsables s'interdisent de prononcer des sanctions individuelles, comme celles déjà prises par l'UE à l'encontre de M. Gbagbo et de ses proches. Toutefois, selon un expert du centre britannique de recherche Chatham House, "une interdiction de se déplacer, sauf dans le cadre de médiations, est une forte possibilité", pour faire pression sur M. Gbagbo.

    "TROIS LEVIERS : LA DIPLOMATIE, LES FINANCES ET L'ARMÉE"

    De son côté, le camp d'Alassane Ouattara espère que la Cédéao se prononcera sur une option militaire pour chasser du pouvoir le président sortant. Pour résoudre la crise née de l'élection présidentielle du 28 novembre, il y avait "trois leviers : la diplomatie, les finances et l'armée", a déclaré le porte-parole de M. Ouattara, Patrick Achi, soulignant que son camp l'avait déjà emporté sur les deux premiers.

    Jeudi, l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) a reconnu que M. Ouattara était le seul habilité, au nom de la Côte d'Ivoire, a gérer les affaires financières liées à cette institution et à sa banque, la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO).

    Lire la suite sur LeMonde.fr

         Source : lemonde.fr via la poste.net

        BONNE JOURNEE !

                             jclaveau