Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

casher

  • Le Martiniquais tué voulait « finir en martyr ».

    Salut !

    Source : France-Antilles Martinique 08.10.2012.

    86819fed8dc953e0a546a13b91d23d13.jpgUne « cellule » islamiste radicale a été démantelée samedi et l'un de ses membres, un Martiniquais de 33 ans, a été tué à Strasbourg après avoir ouvert le feu sur des policiers.














    A Strasbourg, les enquêteurs poursuivent leurs investigations.

    L'homme tué samedi lors de l'opération antiterroriste, décrit par la justice comme « très déterminé » et voulant « finir en martyr » , vivait très discrètement dans un quartier paisible de Strasbourg chez l'une de ses différentes épouses religieuses, selon des témoins.
    Jérémie Louis-Sidney, 33 ans, partageait avec sa compagne strasbourgeoise un appartement dans le quartier de l'Esplanade, à l'est du centre-ville. La jeune femme de 22 ans se trouvait avec ses deux enfants en bas âge dans une autre pièce au moment où son compagnon a ouvert le feu sur les policiers venus l'interpeller. La première de ses enfants, une fillette de 6 ans, serait née d'une précédente union, selon une source policière. Il est en revanche le père du nourrisson, né il y a quelques semaines « dans l'appartement » selon les témoignages recueillis auprès des voisins.
    Si le couple s'était installé là en début d'année, il semble que l'homme voyageait régulièrement. D'une part « il avait une autre famille dans le sud de la France » , a précisé le procureur de Strasbourg, d'autre part il se rendait souvent à Torcy (Seine-et-Marne) où il avait « des liens familiaux » .
    Les policiers ont insisté sur la détermination et la violence des personnes arrêtées samedi. Jérémie Louis-Sidney a ainsi fait feu au Magnum 357 sur les policiers qui ont riposté, le touchant mortellement, selon les premiers éléments de l'enquête.
     
    DÉTERMINÉ
     
    Cette opération est liée à l'enquête sur le jet, le 19 septembre, d'une « grenade défensive yougoslave » dans une épicerie casher de Sarcelles dans le Val-d'Oise. Cet attentat, qui avait fait un blessé léger, avait suscité une vive émotion dans la communauté juive, six mois jour pour jour après la tuerie de l'école juive de Toulouse, où Mohamed Merah avait tué trois enfants et un père.

    La suite :

                             BONNE JOURNEE QUAND MÊME A VOUS.

                                              JCLAVEAU