Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

droits

  • Chers étudiant(e)s, la CAF vous informe : pour une aide aux logements.

    Salut !

    Étudiants : tout savoir sur les aides au logement

    Comment bénéficier des aides au logement de la Caf ? Quelles démarches en cas de colocation ? Quelles pièces doit fournir le bailleur ?

    Vous êtes étudiant, locataire ou propriétaire, et vous préparez votre emménagement ?
    Pour vous :
    - toutes les infos sur les aides au logement de la Caf   
    - les questions-réponses pour mieux vous guider 
    - et une estimation en ligne de vos droits aux aides au logement. 

    Faire ma demande en ligne

    => Pratique : vous pouvez faire en ligne votre demande d’aide au logement !

    Vous pouvez aussi télécharger les formulaires.

    Nouveauté : la ligne directe des étudiants au 0 810 29 29 29*

    Du lundi au vendredi, de 9h à 17h, les étudiants peuvent être conseillés sur leurs démarches concernant les aides au logement. Ce service téléphonique est national et accessible quel que soit le lieu de résidence.
    * Prix d’un appel local depuis un poste fixe, hors surcoût éventuel depuis un mobile selon les opérateurs.   

                                                           JCLAVEAU
    P.S : ATTENTION AUX FAUX LIENS. J'ai ajouté les bons liens, mais si vous arrivez dans des adresses avec des lettres, des chiffres interminables, des URLS donc assez longs, ne pas rester dans ces "lieux". Comme la Poste, la Caf nous a prévenus. 
    PETIT CONSEIL : Pour des transactions bancaires, mieux vaut vous présenter au guichet.
     
  • ALLONGEMENT DE LA DUREE DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE.

    Salut !

    le Président salue l'action de l'Union européenne.

     Monsieur Nicolas Sarkozy salue l'adoption, par le Conseil des ministres de l'Union européenne, du projet de directive qui porte de 50 à 70 ans la durée des droits de propriété intellectuelle dont bénéficient les artistes interprètes et les producteurs de la musique. Ce texte d'équité, soutenu par la France, va notamment permettre aux interprètes les plus âgés de continuer à percevoir un revenu sur leurs enregistrements de jeunesse, même s'ils ont cessé leur activité.

    La directive prévoit également les mesures nécessaires pour que les artistes ayant cédé leurs droits à un producteur puissent profiter de cet allongement de la durée de protection. Enfin, ce texte aura un effet positif sur la diversité culturelle et le renouvellement de la création puisqu'il permettra aux maisons de disques, en valorisant les enregistrements existants, d'investir dans la découverte et la promotion de nouveaux talents. Le président de la République rappelle que la France a joué un rôle déterminant dans l'adoption de ce texte, dont elle avait demandé l'élaboration à la Commission européenne dès le mois de janvier 2008, puis fortement promu l'examen par le Conseil lors de sa présidence de l'Union européenne. Le chef de l'Etat tient également à remercier Jacques TOUBON, rapporteur du projet de directive pour le Parti populaire européen, qui a pris une part décisive à son adoption par le Parlement européen au printemps 2009.

    Ce patient travail de conviction de la France auprès de ses partenaires européens, aujourd'hui couronné de succès, constitue une nouvelle manifestation de la volonté du président de la République de garantir les droits et la rémunération des artistes à un moment où la musique traverse une phase de mutation technologique et économique sans précédent.

    A l'heure où s'exprime, dans le débat politique français, la tentation de remettre en cause le droit d'auteur et de déstabiliser les fondements même de la création, le président de la République tient à rréaffirmer son attachement à cette conquête essentielle de la révolution française. La directive adoptée hier par le Conseil des ministres de l'Union européenne, qui sera transposée dans notre droit dans les meilleurs délais, constitue une nouvelle manifestation concrète de cet engagement.

  • EN CÔTE D'IVOIRE, DES MILITAIRES ACCUSES D'EXECUTIONS SOMMAIRES;

    Salut !

    J'espère que vous vous portez bien !

    Que vous allez faire attention, si aujourd'hui vous prenez la route pour partir en vacances ou en revenir ?

    D'ailleurs, je vais essayer de vous mettre deux ou trois vidéos, images qui vous feront réfléchir, avant de "prendre" la route.

    Mais en attendant ....

    Les "nombreuses violations des droits de l'Homme" ont impliqué "principalement" des éléments identifiés par des habitants et victimes comme appartenant aux Forces républicaines (FRCI), a-t-il poursuivi.

    Les 26 personnes exécutées, parmi lesquelles un enfant de 17 mois, ont été tuées notamment dans des villages proches d'Abidjan, de Duékoué (ouest, théâtre de tueries en mars) et de Daloa (centre-ouest), des régions peuplées de nombreux partisans de l'ex-président Laurent Gbagbo.

    Ces exécutions ont été attribuées "aux éléments des FRCI, aux membres de la confrérie des Dozos (chasseurs traditionnels)" qui les appuient et "aux miliciens gueré" pro-Gbagbo, a précisé M. Ngefa.

    "Huit fosses communes ont été découvertes aux alentours de trois établissements scolaires" à Abidjan dans le quartier de Yopougon (ouest, fief de M. Gbagbo), a-t-il encore déclaré, sans pouvoir préciser le nombre de corps enterrés.

    05116cb7be376a13bfc376b95ee6a5fb.jpg

    Du 11 juillet au 10 août, "26 cas d'exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires" et "85 cas d'arrestations arbitraires et de détentions illégales" ont été relevés, a annoncé lors d'un point presse Guillaume Ngefa, en charge des droits de l'Homme au sein de la mission de l'ONU (Onuci).

    Composées alors essentiellement d'ex-rebelles nordistes, les FRCI ont, avec l'aide de la France, arrêté Laurent Gbagbo le 11 avril après quatre mois de crise post-électorale et deux semaines de guerre. Les Forces républicaines sont désormais le nom de la nouvelle armée où les ex-belligérants sont en cours d'unification.

    La situation sécuritaire s'est nettement améliorée ces derniers mois, en particulier dans la capitale économique Abidjan, mais les FRCI sont régulièrement accusées d'exactions, exécutions, violences ou pillages.

    La crise née du refus de M. Gbagbo de reconnaître sa défaite à la présidentielle de novembre 2010 a fait au moins 3.000 morts.

    MÊME LES BEBES NE SONT PAS EPARGNES ! QUELLE TRISTESSZE ! QUELLE BASSESSE !