Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poussette

  • Une déséquilibrée poignarde cinq passagers dans le métro parisien.

    Salut,

    Comment allez-vous , Et les enfants ? Bien j'espère. Bien, demain ils vont retrouver leurs amis, camarades de classe.

    Dommage qu'on ne peut circuler comme on veut sans quelquefois ne pas être victime de personnes ayant "des problèmes psychologiques ou psychiatriques". Comme il est dit souvent.

    Les victimes ont été touchées au cou, aux bras et à la lèvre. La jeune femme de 28 ans, enceinte, a été placée en garde à vue au commissariat de Bobigny.

                      La station Pablo Picasso à Bobigny (Saine-Saint-Denis), le 3 décembre 2013.

                      La station Pablo Picasso à Bobigny (Saine-Saint-Denis),

                    le 3 décembre 2013.   (JACQUES DEMARTHON / AFP)

    Une déséquilibrée de 28 ans a poignardé cinq passagers dans le métro dimanche 8 juin, rapporte Le Parisien. L'agression s'est déroulée au terminus de la ligne 5, station Pablo-Picasso, à Bobigny (Seine-Saint-Denis), provoquant l'interruption du trafic pendant une demi-heure entre Bobigny et Eglise-de-Pantin.

    La jeune femme, enceinte, a sorti une lame et poignardé cinq passagers après une dispute au sujet d’une place assise dans la rame. Deux personnes ont été touchées au cou, deux autres aux bras et la dernière victime a été tailladée à la lèvre. Des blessures légères, selon le quotidien.

      http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/une-desequilibree-poignarde-cinq-passagers-dans-le-metro-parisien_617775.html

     Mais aussi :

    Incendie mortel d'Aubervilliers : un garçon de 12 ans reconnaît avoir mis le feu.

    Son frère, âgé de 10 ans, a également été arrêté. L'accident, parti d'un feu de poussette, a fait deux morts, samedi soir.

    La cour de l'immeuble ravagé par un incendie, le 7 juin 2014, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).La cour de l'immeuble ravagé par un incendie, le 7 juin 2014, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). ( MAXPPP) Par Francetv info avec AFP

    Mis à jour le 09/06/2014 | 18:49 , publié le 09/06/2014 | 18:11

    Un garçon de 12 ans a reconnu "avoir mis le feu à une poussette avec des allumettes", samedi 7 juin, dans un immeuble d'Aubervilliers, causant l'incendie qui a fait deux morts et quatre blessés graves, a annoncé, lundi, le parquet de Bobigny. Son petit frère de 10 ans a confirmé ces déclarations mais est resté "évasif sur son propre rôle", lors d'auditions menées par la brigade criminelle de la police judiciaire de Paris.

    La piste criminelle était privilégiée par les enquêteurs depuis dimanche. Une enquête a été ouverte pour homicide et destruction volontaire par incendie ayant entraîné la mort. Les deux garçons arrêtés devaient, lundi, être présentés à un juge pour décider de leur éventuelle mise en examen.

     Vous pouvez terminer votre lecture pour connaître la fin : http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/incendie-mortel-d-aubervilliers-un-garcon-de-12-ans-reconnait-avoir-mis-le-feu_618285.html                                             

                                  JCLAVEAU

     

  • Fillette morte à Berck : le témoin n'a pas permis d'identifier la mère.

    Salut,

    Le quotidien : le Parisien nous apprend que le témoin qui a parlé à la maman de la fillette, n'a pu renseigner les policiers comme ils auraient voulu.

    Lisez donc ce qui suit :

    V.F. | Publié le 26.11.2013, 13h42 | Mise à jour : 27.11.2013, 07h20

    La femme recherchée après le décès d'une fillette à Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais) est, d'après les analyses ADN, la mère de cette enfant retrouvée morte le 20 novembre sur la plage.

    La femme recherchée après le décès d'une fillette à Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais) est, d'après les analyses ADN, la mère de cette enfant retrouvée morte le 20 novembre sur la plage. | DR.

    Zoom

    Le récit d'un témoin qui avait reconnu la mère de la fillette retrouvée morte sur une plage de Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais), le 20 novembre dernier, n'a pas permis de faire avancer l' de manière déterminante. Cette femme d'une quarantaine d'années a bien effectué le trajet en bus avec la mère de la fillette recherchée par la police mais malheureusement, selon Europe 1, son témoignage n'a pas permis d'identifier la mère de l'enfant ni de connaître le prénom de la victime.

    «Elle m'a demandé où étaient la plage et la mer»

    Activement recherchée par la police depuis les faits, la mère de la fillette était «un peu paumée», a déclaré mardi un autre témoin qui lui a parlé la veille de la découverte du corps. «La veille au soir (le mardi 19 novembre, ndlr), elle m'a interpellé dans la rue avec la poussette et le bébé qui pleurait. Elle était un peu paumée, elle marchait à grandes enjambées», a-t-il raconté. «Elle m'a demandé où étaient la plage et la mer, et elle cherchait un hôtel», a-t-il poursuivi, décrivant «une femme mûre, relativement coquette» et avec «une certaine distinction».

    Même son de cloche du côté du gérant d'un de Berck-sur-Mer où elle aurait passé la nuit. «Elle n'avait rien de particulier. Elle avait un calme absolu», décrit-il ainsi, mardi, sur Europe 1. La suspecte, dont les analyses ADN ont prouvé qu'elle était la mère de l'enfant n'a pas particulièrement retenu l'attention. «C'est une personne qui est passée, comme on en voit tellement dans l'hôtellerie, elle ne sortait pas du lot», se souvient encore le gérant interrogé par Europe 1. «Le lendemain, quand elle est repartie, elle était extrêmement sereine. Son comportement n'avait pas changé. Elle m'a dit qu'elle avait passé une excellente nuit», détaille le gérant de l'hôtel.

    «Il n'y avait plus la poussette et l'enfant»

     La suite : http://www.leparisien.fr/faits-divers/videos-fillette-morte-a-berck-la-mere-etait-d-un-calme-absolu-selon-l-hotelier-26-11-2013-3351565.php

    La vidéo :

     

      Berck : "la mère était d'un calme absolu" par Europe1fr

                                 A PLUS TARD.