Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

premier ministre

  • Jusqu'à 16 h 10, avant de parler Carnaval, regardons et écoutons ce qui se passe dans...

    ... L'Hémicycle.

    Salut,

    Je vous laisse regarder et écoutez tout ceci en passant par ce blog ou sur France 3.

    http://pluzz.francetv.fr/france3

    Loi Macron : que prévoit l'article 49.3 de la Constitution ?

    Le Conseil des ministres pourrait décider de faire jouer l'article 49.3 de la Constitution sur le projet de loi Macron, mardi 17 février.

    http://www.francetvinfo.fr/economie/loi-macron/loi-macron-que-prevoit-l-article-49-3-de-la-constitution_827179.html

    Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, à l'Assemblée nationale, le 14 février 2015.

     Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, à l'Assemblée nationale, le 14 février 2015. (ALAIN JOCARD / AFP)

    Par Francetv info avec AFP

    Mis à jour le 17/02/2015 | 16:00 , publié le 17/02/2015 | 15:34

    La pression monte avant le vote en première lecture du projet de loi Macron, mardi 17 février, à l'Assemblée nationale. Un Conseil des ministres extraordinaire s'est réuni avec pour objet, "bien évidemment", le texte porté par le ministre de l'Economie, a précisé une source gouvernementale.

    Mardi matin, lors de la réunion de groupe des députés PS, Manuel Valls a déclaré "qu'à ce stade, la loi ne passe pas". Mais pour faire adopter ce texte, le Premier ministre peut engager la responsabilité du gouvernement devant l'Assemblée, en utilisant l'article 49.3 de la Constitution. Francetv info fait le point sur cette arme ultime.

    A quoi sert le 49-3 ?

    "Après délibération du Conseil des ministres", l'article 49.3 de la Constitution peut-être utilisé. Dans ce cas, le projet de loi est considéré comme adopté sauf si une motion de censure, déposée dans les 24 heures, est votée par l'Assemblée. Si la motion de censure est votée, le gouvernement doit démissionner.

    Pour être recevable, cette motion doit être signée par au moins un dixième des membres de l'Assemblée nationale. Elle est ensuite discutée et votée, rappelle Le Monde.

    Dans quels cas peut-il être utilisé ?

     Pour le savoir, je vous invite à visiter ce site : http://www.francetvinfo.fr/economie/loi-macron/loi-macron-que-prevoit-l-article-49-3-de-la-constitution_827179.html

     L'Assemblée nationale met en cause la responsabilité du Gouvernement par le vote d'une motion de censure. Une telle motion n'est recevable que si elle est signée par un dixième au moins des membres de l'Assemblée nationale. Le vote ne peut avoir lieu que quarante-huit heures après son dépôt. Seuls sont recensés les votes favorables à la motion de censure qui ne peut être adoptée qu'à la majorité des membres composant l'Assemblée. Sauf dans le cas prévu à l'alinéa ci-dessous, un député ne peut être signataire de plus de trois motions de censure au cours d'une même session ordinaire et de plus d'une au cours d'une même session extraordinaire.

     Vous pouvez aussi passer par cet URL : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;?idArticle=LEGIARTI000019241062&cidTexte=LEGITEXT000006071194&dateTexte=20101210   où vous trouverez ce qui se trouve avant et après cette déclaration.

                                    

    P.S : N'oubliez pas d'éteindre la radio à droite si vous voulez entendre.

     

  • Monsieur Manuel Valls, dont la carrière politique a débutée à Argenteuil (95).

    Salut,

    Comment allez-vous ? Bien ? Que regardez-vous à la télévision ? Comme moi, vous regardez "BFMTV" Non ? Sur iTélé alors ? Non vous regardez autre chose ? Bref, si cela vous convient, c'est bien.

    Vous avez appris comme tout le monde qui est le premier ministre à partir d'aujourd'hui.

    Monsieur Manuel Valls, du Val d'Oise à Matignon

    Rédigé le 1/04/2014 - 1 Commentaires
    La carrière politique de Manuel Valls a commencé dans le Val d’Oise à Argenteuil. Il a même été le patron des socialistes du département, il avait à l’époque 27 ans. Interview de son ami Jean-Pierre Muller, le maire de Magny-en-Vexin.

     C‘est une amitié qui dure depuis près de 30 ans. Ce lundi, le maire PS de Magny-en-Vexin, Jean-Pierre Muller, a appris la nomination de son ami Manuel Valls comme premier ministre, via la télévision. « Je lui ai adressé un message immédiatement, confie Jean-Pierre Müller. Je disais depuis longtemps qu’il serait ministre un jour. Aujourd’hui il est même chef du gouvernement . »

    Les deux hommes se rencontrent en 1987, lorsque Manuel Valls s’installe à Argenteuil. En 1989, il devient premier secrétaire fédéral du parti socialiste dans le Val d’Oise. Jean-Pierre Muller, alors numéro 2, est amené à travailler avec ce jeune surdoué de la politique, adjoint au maire d’Argenteuil, élu conseiller régional à 24 ans et déjà à la tête du PS 95 à 27 ans. Durant cette période, la relation politique se transforme peu à peu en amitié. « Manuel Valls n’avait pas le permis, raconte Jean-Pierre Müller. Je le ramenais donc à Argenteuil depuis le siège du PS 95, à Pontoise. J’étais en quelque sorte son chauffeur", s'amuse aujourd'hui le maire de Magny. De multiples trajets qui finissent par souder les deux hommes.

                             "Un homme d'État"


    Jean-Pierre Müller à propos de son ami manuel... par vonews95

     Désormais, Manuel Valls n’est plus qu’à une marche de la fonction suprême, celle de président de la République. Un objectif dont il ne s’est jamais caché. Jean-Pierre Müller en a la conviction : « Un jour, Manuel Valls sera président de la République française. »

     

     

     

     
    Jean-Pierre Muller ami de Manuel Valls par vonews95

    Suite et beaucoup plus de détails : 

    http://www.vonews.fr/article_24915-manuel-valls%2c-du-val-d-oise-a-matignon


    Manuel Valls s'est marié à Evry par leparisien
      

     
    Manuel Valls, en mai 2012.
    Manuel Valls, en mai 2012.
    Fonctions
    21e Premier ministre français
    (169e chef du gouvernement)
    En fonction depuis le 31 mars 20141
    (0 jour)
    Président François Hollande
    Gouvernement Manuel Valls
    Législature XIVe
    Prédécesseur Jean-Marc Ayrault
    Ministre de l’Intérieur
    (41e ministre de l'Intérieur de la Ve République)
    16 mai 201231 mars 2014
    (1 an, 10 mois et 15 jours)

    Manuel Carlos Valls GalfettiNote 1, né le 13 août 1962 à Barcelone (Espagne), est un homme politique français, Premier ministre depuis le 31 mars 20141.

    Maire d'Évry de 2001 à 2012 et député de la première circonscription de l'Essonne de 2002 à 2012, il est nommé ministre de l'Intérieur le 16 mai 2012 dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault. Le 31 mars 2014, il devient, par décret du président de la République François Hollande, le vingt et unième Premier ministre de la Ve République.

    Biographie

    Origines, études et famille

    Manuel Carlos Valls Galfetti est né le 13 août 19622,3 à vingt heures à la clinique « La Ferroviaria », rue Campoamor dans le quartier d'Horta à Barcelone4. Naturalisé en 1982, il est l'une des personnalités politiques élues en France, avec Sergio Coronado, Anne Hidalgo, Eva Joly, Jean-Vincent Placé ou Eduardo Rihan Cypel, à avoir acquis la nationalité française par naturalisation tout en conservant ou souhaitant conserver la nationalité d'origine5.

                                         A PLUS TARD.

     

  • A Cergy, le premier ministre était présent le 24 janvier 2014. Mais aussi...

     Salut,

    Comment allez-vous ? Ça va ? Et les p'tits bouts ? Demain école, j'espère qu'ils sont au lit ? Bien vous êtes des parents responsables. Par contre, vous, je vous propose de regarder et lire certains postes que vous avez eu l'occasion de voir postés ici, mais dont la rédaction n'était pas vraiment ce qu'ils devraient être.

    24/01/2014
    François Chérèque et Simon Vanackere remettent leur rapport au Premier ministre, le 23 janvier. Photo : Yves Malenfer/Matignon
    François Chérèque et Simon Vanackere remettent leur rapport au Premier ministre, le 23 janvier. Photo : Yves Malenfer/Matignon
    Sous embargo au prononcé - seul le prononcé fait foi

    Mesdames les ministres,
    Mesdames et messieurs les parlementaires,
    Mesdames et messieurs les élus,
    Monsieur le président du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté l’exclusion sociale,
    Mesdames et messieurs,

    Avant toute chose, je voudrais à mon tour vous souhaiter, à toutes et à tous, une belle et heureuse année 2014. J’adresse mes vœux les plus chaleureux aux membres du CNLE, dont nous fêtons cette année les 20 ans, et plus particulièrement aux membres du "8ème collège". Vous avez siégé au sein d’un grand conseil national, avec le même statut que les personnalités qualifiées et les représentants de l’Etat, des collectivités, des partenaires sociaux et des associations. A vous comme à tous ceux qui terminent aujourd’hui leur mandat, j’adresse les remerciements de la République.

    Mesdames et messieurs, le combat contre l’exclusion se mène avant tout dans les esprits. Notre tâche à tous, depuis près de deux ans, aura été d’en finir avec les discours de stigmatisation portés au plus niveau pendant 10 ans. Les personnes en situation de pauvreté ne désirent qu’une chose : s’en sortir. Travailler, accéder à un logement décent, se soigner correctement, tout faire pour la réussite scolaire de leurs enfants. Le devoir de la puissance publique est de leur venir en aide et de les accompagner vers ce retour à l’autonomie.

    Suite ... http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/discours-du-premier-ministre-lors-du-deplacement-a-cergy-sur-le-theme-de-la-lutte-c

    Lutte contre la pauvreté : la feuille de route du Gouvernement pour 2014

    24/01/2014

    Adopté le 21 janvier 2013, l'ambitieux Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale traduit avec force l'impératif républicain de venir en aide aux personnes les plus démunies et de les accompagner vers l'autonomie.

    Jean-Marc Ayrault et Marie-Arlette Carlotti. Photo : AFP
    Jean-Marc Ayrault et Marie-Arlette Carlotti. Photo : AFP

    A l'occasion des 20 ans du CNLE et du premier anniversaire du Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, le Premier ministre s'est exprimé à Cergy (Val-d'Oise) devant l’ensemble des acteurs des politiques de solidarité. Il était accompagné de Marisol Touraine, Cécile Duflot et Marie-Arlette Carlotti.

    Dans un contexte économique et social dégradé, il est de la responsabilité de l'Etat d'inscrire les politiques de solidarité dans le cadre du droit commun, que ce soit celui de l'emploi, du logement, de la santé, des politiques familiales, de l'inclusion bancaire et de l'accès au "juste droit".

    Depuis près de 2 ans, l'objectif du Gouvernement aura été d'en finir avec les discours de stigmatisation portés au plus haut niveau pendant 10 ans. Si les personnes en situation de pauvreté ne désirent qu'une chose, s'en sortir, "le devoir de la puissance publique est de leur venir en aide et de les accompagner vers ce retour à l'autonomie", a déclaré Jean-Marc Ayrault lors de son déplacement à Cergy. Et de poursuivre : "Ce devoir d'assistance est un pilier de notre démocratie, indispensable au respect pour tous de la promesse républicaine, celle de l'égalité des droits et des devoirs".

     http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/lutte-contre-la-pauvrete-la-feuille-de-route-du-gouvernement-pour-2014

    Déplacement à Cergy sur le thème de la lutte contre la pauvreté :  RSA et prime pour l'emploi.

    Les Actions                    Bilan 2013

    Pour en savoir plus

    http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/lutte-contre-la-pauvrete-la-feuille-de-route-du-gouvernement-pour-2014

     Écoutez le rêve de mon fils : Si je gagne un gros lot (il ne joue pas), nous partons tous sauf "maman".

     Je lui offre un grand ordinateur aussi grand que la table de la salle à manger, puis 6 ordinateurs autour de la table.

    Ma fille : Tu lui offres un studio.

    Réponse : Non, elle sera seule donc pas besoin.

    Cela ne me dérange pas. Du moment que j'ai même un ordi...

                                  AÏE ! Mais si je m'ennuie...

    995964_256106641180911_1856917371_n.jpg

     

  • LE PREMIER MINISTRE CHINOIS A PASSE 2 JOURS EN COREE DU SUD.

     

    Salut !

    Le Vice-Premier ministre chinois Li Keqiang a achevé sa visite officielle de 2 jours en Corée du Sud. Il a rencontré le chef du parlement de Corée du Sud, Park Hee-tae. Tous deux ont promis de développer les échanges dans divers domaines. Le Vice-Premier ministre chinois a également rencontré à Séoul des représentants d'organisations d'amitié Chine-Corée du Sud.

    1319767553201_1319767553201_r.jpg

    Li Keqiang rencontre le chef du parlement sud-coréen

    1319767563449_1319767563449_r.jpg

     Pour voir la vidéo que j'ai enlevé,vous savez pourquoi. Cliquez sur le lien suivant :
     
                                                                                                 
    Rédacteur: Zhang Yan