Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

violence

  • Le Martiniquais tué voulait « finir en martyr ».

    Salut !

    Source : France-Antilles Martinique 08.10.2012.

    86819fed8dc953e0a546a13b91d23d13.jpgUne « cellule » islamiste radicale a été démantelée samedi et l'un de ses membres, un Martiniquais de 33 ans, a été tué à Strasbourg après avoir ouvert le feu sur des policiers.














    A Strasbourg, les enquêteurs poursuivent leurs investigations.

    L'homme tué samedi lors de l'opération antiterroriste, décrit par la justice comme « très déterminé » et voulant « finir en martyr » , vivait très discrètement dans un quartier paisible de Strasbourg chez l'une de ses différentes épouses religieuses, selon des témoins.
    Jérémie Louis-Sidney, 33 ans, partageait avec sa compagne strasbourgeoise un appartement dans le quartier de l'Esplanade, à l'est du centre-ville. La jeune femme de 22 ans se trouvait avec ses deux enfants en bas âge dans une autre pièce au moment où son compagnon a ouvert le feu sur les policiers venus l'interpeller. La première de ses enfants, une fillette de 6 ans, serait née d'une précédente union, selon une source policière. Il est en revanche le père du nourrisson, né il y a quelques semaines « dans l'appartement » selon les témoignages recueillis auprès des voisins.
    Si le couple s'était installé là en début d'année, il semble que l'homme voyageait régulièrement. D'une part « il avait une autre famille dans le sud de la France » , a précisé le procureur de Strasbourg, d'autre part il se rendait souvent à Torcy (Seine-et-Marne) où il avait « des liens familiaux » .
    Les policiers ont insisté sur la détermination et la violence des personnes arrêtées samedi. Jérémie Louis-Sidney a ainsi fait feu au Magnum 357 sur les policiers qui ont riposté, le touchant mortellement, selon les premiers éléments de l'enquête.
     
    DÉTERMINÉ
     
    Cette opération est liée à l'enquête sur le jet, le 19 septembre, d'une « grenade défensive yougoslave » dans une épicerie casher de Sarcelles dans le Val-d'Oise. Cet attentat, qui avait fait un blessé léger, avait suscité une vive émotion dans la communauté juive, six mois jour pour jour après la tuerie de l'école juive de Toulouse, où Mohamed Merah avait tué trois enfants et un père.

    La suite :

                             BONNE JOURNEE QUAND MÊME A VOUS.

                                              JCLAVEAU


  • ARGENTEUIL VOUS INVITE À UN DÉBAT SUR : "LA VIOLENCE À L'ÉGARD DES FEMMES."

      Bonjour !

    Monsieur Philippe Doucet, Maire d'Argenteuil et Madame Marie Adjenda Conseillieère Municipale, déléguée aux Droits des Femmes et l'Équipe Municipale, vous invitent à une rencontre-débat autour de LA VILOENCE À L'ÉGARD DES FEMMES.

    Le jeudi 25 novembre 2010 à 18 heures.

    Salle Saint-Just au Val d'Argenteuil-Nord

    à ARGENTEUIL.

    Si vous prenez le train, descendre au val d'Argenteuil  puis :

    BUS TVO : N° 8 Direction Bérionne 

    ou   BUS 34 direction  Marché des Côteaux et arrêt : Jean Lurçat.

    Le bus 164 direction;Porte de Champerret-Claude Monet peut aussi faire "l'affaire".

    en présence de Tatiana-Laurens Delarue, auteure de "Au nom des femmes battues", de professionnnels, et d'associations.

         BONNE SOIRÉE ! ET J'ESPÈRE QUE VOUS SEREZ NOMBREUX ET NOMBREUSES À VENIR.

     VOTRE PRÉSENCE SERA LA SYMBOLE DU "NON À CETTE VIOLENCE !"

                                                        JCLAVEAU


  • VIOLS EN RDC : LES CASQUES BLEUS ONT FAILLI À LEUR MISSION.

    bonjour-1.gif

    Les casques bleus ont failli à leur mission en se montrant incapables d’empêcher les viols systématiques dont ont été victimes plus de 500 femmes et enfants en août en République démocratique du Congo, a reconnu mardi un haut responsable de l’ONU.
    Le sous-secrétaire général de l’ONU chargé des opérations de maintien de la paix, Atul Khare témoignait devant le Conseil de sécurité, dont les membres ont exprimé leur indignation à la suite des viols d’au moins 242 femmes perpétrés dans 13 villages de RDC et ont critiqué l’échec de la mission de l’ONU dans la région, la Monusco, qui a été incapable de les empêcher.
    Entre le 30 juillet et le 2 août, 242 femmes et enfants ont été violés au cours des premières violences, a indiqué Atul Khare.Puis, a-t-il souligné, quelque 260 viols supplémentaires de femmes et d’enfants parfois âgés de 7 ans, ont été perpétrés en août dans les villages du Nord-Kivu et du Sud-Kivu.
    Le gouvernement de la RDC est le premier responsable de la sécurité de ses citoyens, a rappelé Atul Khare.Mais, a-t-il ajouté, "nous avons clairement échoué également.Nos actions ont été insuffisantes, ce qui a eu pour effet des brutalités inacceptables contre les villageois de la région.Nous devons faire mieux".

    photo_1283935657-6c70d.jpg


    Des soldats de la Monusco en patrouille dans les rues de Luvungi, le 4 septembre 2010 en RDC ©AFP

    "Je me sens personnellement coupable envers les personnes qui ont souffert de ces brutalités", a-t-il ajouté.
    Le responsable onusien a indiqué que des patrouilles supplémentaires et plus systématiques avaient été mises en place dans la région.Il a également appelé à des sanctions ciblées contre les leaders des groupes responsables de ces viols.
    La représentante spéciale de l’ONU pour la prévention de la violence sexuelle dans les conflits armés, Margot Wallström, a dit au Conseil de sécurité que certaines femmes avaient été violées tour à tour par cinq ou six hommes au cours de ces incidents.Elle avait déclaré le 31 août que les chefs de milices et de groupes armés de RDC pouvaient être accusés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité dans cette affaire.

    Source : New York 'Nations Unies (AFP)

    BONNE JOURNÉE !